14 allergènes sont à déclaration obligatoire. Parmi ces 14, le blé, l’œuf et le lait de vache, font partie des bases de notre consommation.

Focus sur ces allergènes.

L’allergie au blé

A ne pas confondre avec l’intolérance au gluten, l’allergie au blé est une réaction aux parties protéiques du blé.

L’allergie à l’œuf

L’œuf est l’allergène dominant des nourrissons: 75% des 0 à 6 mois sont touchés.

L’allergie au lait de vache

L’APLV – Allergie aux Protéines du Lait de Vache – touche essentiellement les enfants en bas âge : elle débute après le sevrage au lait maternel.

 

L’ALLERGIE AU BLÉ : deux formes bien distinctes

L’allergie au blé se présente sous deux formes bien distinctes : une allergie alimentaire et une allergie respiratoire. Explications.

Bon à savoir : on peut être allergique au blé ou être allergique à la farine de blé. Les protéines qui font réagir le corps sont différentes.

Le principe de l’allergie au blé : une réaction aux parties protéiques

L’allergie au blé est une réaction aux parties protéiques du blé, à savoir les albumines, globulines, gliadines et gluténines.

  • Dans le cadre d’une allergie alimentaire au blé : ce sont les gliadines et les gluténines qui entrent en jeu.
  • Dans le cadre d’une allergie respiratoire à la farine de blé : ce sont les albumines et les globulines qui entrent en jeu.

L’allergie alimentaire – par ingestion de blé – est la plus fréquente, et peut se développer chez toute personne consommant des produits contenant du blé.

Quant à l’allergie respiratoire, elle est surtout observée chez les corps de métiers en contact avec la farine de blé : les boulangers ou les meuniers.

Les symptômes de l’allergie au blé

L’allergie alimentaire au blé est plus fréquente chez les enfants que chez l’adulte.

Les symptômes se déclarent généralement peu de temps après l’ingestion ; ce sont notamment des nausées ou des vomissements. D’autres symptômes, plus tardifs, peuvent également survenir : l’urticaire, l’eczéma ou l’asthme.

Éviter le blé dans son alimentation

Le seul traitement est le régime d’éviction ; il faut enlever toute trace d’aliments à base de blé de son alimentation.

Il faut être vigilant : un bon nombre d’aliments contiennent du blé, comme les pâtes, le pain, les desserts …

Il faut aussi être vigilant aux réactions croisées : un allergique au blé pourrait être allergique à l’orge, au seigle ou à l’avoine.

Le blé faisant partie des 14 allergènes à déclaration obligatoire : sa présence doit être mentionnée clairement et distinctement sur l’emballage du produit (souligné, en gras…).

La différence entre intolérance au gluten et allergie au blé

Les mécanismes qui entrent en jeu dans l’allergie alimentaire au blé sont totalement différents de ceux de l’intolérance au gluten :

  • L’allergie au blé est une réaction aux protéines du blé : c’est une réaction immunitaire vis-à-vis d’un antigène du blé après une sensibilisation préalable.
  • L’intolérance au gluten est une réaction d’inflammation de l’intestin grêle au contact du gluten (l’intestin ne peut l’assimiler).
 

L’ŒUF : l’un des principaux allergènes chez l’enfant

L’œuf est l’allergène dominant des nourrissons: 75% des 0 à 6 mois sont touchés. Décryptage de l’allergie à l’œuf.

La guérison de l’allergie à l’œuf est un long processus : pour plus de la moitié des enfants, l’allergie persiste après 2 ans et demi d’éviction. A cinq ans, encore 38% sont atteints. Les autres cas guérissent entre 5 et 10 ans.

Les symptômes de l’allergie à l’œuf

L’oeuf peut provoquer une réaction sévère dès son ingestion. Les symptômes peuvent être respiratoires (asthme), ou cutanés (eczéma, urticaire).

Le régime pour contrer l’allergie à l’œuf

La seule solution : supprimer tous les aliments à base d’œuf de son alimentation

Attention à l’œuf caché !

L’œuf est très présent dans les préparations agroalimentaires et, souvent, de manière masquée ! De plus, les protéines allergisantes sont nombreuses et prennent des noms variés.

Voici quelques exemples de termes utilisés sur les étiquetages qui peuvent suggérer la présence d’œuf :

  • Albumine
  • Ovalbumine
  • Ovomucoïde
  • Blanc d’œuf (egg white)
  • Mayonnaise
  • Ovoglobuline
  • Globuline
  • Conalbumine
  • Lysozyme (E1105)
  • Ovovitelline
  • Livétine
  • Lécithine
  • Jaune d’œuf (egg yolk)
  • Vitelline

Cette liste est indicative et non exhaustive !

A noter : l’œuf fait partie des 14 allergènes à déclaration obligatoire.

Les allergies croisées

L’allergie à l’œuf peut exposer le malade à d’autres allergies, que l’on appelle allergies croisées. Il faut donc se méfier des plumes et déjections d’oiseau (canards, perruches, canaris, tourterelles) qui peuvent contenir la même protéine allergisante.

Les vaccins

Les vaccins contre certaines pathologies (rougeole-oreillons-rubéole, rage, grippe, fièvre jaune…) sont réalisés sur des souches d’œufs. En cas d’allergies, prévenez votre médecin !

 

L’APLV : l’Allergie aux Protéines du Lait de Vache

L’allergie aux protéines du lait de vache touche essentiellement les enfants en bas âge. Quels sont les symptômes et les particularités de cette allergie ?

L’allergie au lait ou plus exactement  l’Allergie aux Protéines du Lait de Vache (APLV) débute essentiellement après le sevrage au lait maternel et disparaît à 80% vers 4/5 ans si l’éviction des protéines mises en cause à été correctement réalisée.

Les symptômes et particularités de l’allergie au lait

Les symptômes peuvent apparaître dès l’ingestion du lait : eczéma, mais aussi vomissements, diarrhées, asthmes voire morts subites.

Les protéines de lait, présentes dans les fromages, yaourts et gâteaux … peuvent aussi figurer de manière masquée.

Le régime « sans lait de vache »

Un allergique au lait de vache devra donc éliminer toute trace de lait de son alimentation. Il faut cependant faire attention : un régime approprié doit être mis en place pour compenser un déficit en calcium et en protéines.

Attention aux termes chimiques !

Il faut se méfier des étiquettes qui mentionnent la présence de lait sans le citer directement.

Voici un exemple de termes utilisés sur les étiquetages pouvant suggérer la présence de lait :

  • Beurre
  • Caramel
  • Fromage
  • Poudre de lait
  • Globuline
  • Fromage blanc
  • Caséïne
  • Caséïnate
  • Albumine
  • Crème
  • Babeurre
  • Yaourt
  • (Béta)lactoglobuline
  • (Alpha)lactalbumine
  • Lait hypoallergénique
  • Lactose
  • Lactoserum

Cette liste est indicative et non exhaustive !

A noter : le lait de vache est un des 14 allergènes à déclaration obligatoire sur l’emballage.

Attention aux allergies croisées !

Si une personne est allergique aux protéines du lait de vache, il est indispensable de faire attention aux protéines d’autres laits : de chèvre, d’ânesse ou de jument. Celles-ci peuvent se révéler dangereuses.

Il existe de nombreuses alternatives au lait de vache : le « jus » de soja, enrichi au calcium, peut être une solution.