L’intolérance au gluten se traduit chez une personne par son incapacité à digérer certaines céréales, comme le blé, le seigle, l’avoine et l’orge.

Si vous vous sentez mal à chaque fois que vous mangez du pain, des pâtes ou des biscuits, il est possible que vous soyez intolérant au gluten. Qu’est-ce que le gluten, quels sont les symptômes de l’intolérance et comment le médecin établit-il le diagnostic de ce qu’on appelle aussi « la maladie coeliaque » ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir.

Qu’est-ce que l’intolérance au gluten ?

Intolérance au gluten : la définition

L’intolérance au gluten, ou maladie cœliaque, est une maladie auto-immune.

Le corps, voyant dans le gluten un ennemi, produit par réaction d’autodéfense des anticorps en surnombre.

Ces derniers déclenchent un processus d’inflammation au niveau de l’intestin grêle.

Les villosités intestinales, indispensables  à l’absorption et à l’assimilation des aliments (vitamines, protéines, glucides, fer, calcium, …) disparaissent. Or ces villosités ont aussi un rôle majeur dans la protection de l’organisme contre les maladies.

La maladie cœliaque peut donner lieu à de très sérieuses carences et maladies.

Le seul traitement à l’intolérance au gluten: exclure totalement et à vie le gluten de son alimentation afin de stopper la destruction des villosités.

Le gluten, qu’est-ce que c’est ?

Le gluten est un mélange de protéines contenu dans certaines céréales.

Il est principalement constitué de 2 sous-groupes de protéines :

  • les gluténines : non toxiques pour les malades cœliaques
  • les prolamines : toxiques pour les intolérants au gluten

Ces prolamines sont appelées gliadines pour le blé, sécalines pour le seigle, hordéines pour l’orge et avénines pour l’avoine.

Le gluten, du latin glu signifiant colle, donne la texture élastique et moelleuse des pains et pâtisseries. Il permet aussi aux ingrédients de bien se lier entre-eux.

C’est pourquoi il est toujours moins facile d’utiliser une farine sans gluten et le résultat sera toujours différent.

Je suis peut-être intolérant au gluten : comment le savoir ?

L’intolérance au gluten apparaît à n’importe quel âge et touche 3 femmes pour 1 homme.  Elle se détecte généralement à la petite-enfance (entre 6 mois et 2 ans), entre 20 et 40 ans et après 60 ans.

Les causes précises de l’intolérance au gluten sont inconnues, mais des facteurs environnementaux et génétiques sont impliqués. Si un des parents est atteint, l’enfant présente 40% de risque de développer la maladie.

Les symptômes

L’intolérance est difficile à diagnostiquer. En fonction des individus, les symptômes peuvent être très variés et d’intensité différente en fonction de degré d’intolérance. Certains peuvent n’avoir qu’un symptôme, d’autres les cumuler ou en avoir aucun.

De plus, les symptômes étant relativement  simples, le médecin pensera souvent à d’autres maux avant de s’intéresser au gluten.

Des symptômes classiques :

  • Gastro-intestinaux (diarrhées, ballonnements, douleurs intestinales, nausées,…)
  • anémie, carences, perte de poids
  • démangeaisons, aphtes

Des manifestations moins faciles à mettre en relation avec l’intolérance au gluten :

  • très grande fatigue, endormissements, difficultés de concentration
  • douleurs articulaires et osseuses
  • maux de tête avec migraines, sautes d’humeur

Chez l’enfant, le diagnostic se fait plus facilement : la cassure de la courbe de poids et le « gros ventre » sont souvent révélateurs de l’intolérance au gluten.

Le diagnostic

Quand les symptômes font penser à une intolérance au gluten, le médecin généraliste prescrit une prise de sang avec recherche des anticorps antitransglutaminase (IGA).

Si la recherche est positive (taux >10), un gastro-entérologue prescrira une endoscopie avec biopsie. Seule la biopsie peut réellement diagnostiquer l’intolérance au gluten.

La confirmation est définitive quand, après quelques mois de régime strict sans gluten, les symptômes ont disparu.

Intolérance au gluten ou sensibilité au gluten ?

La sensibilité au gluten se caractérise par la présence de symptômes liés à l’ingestion de gluten. Ces symptômes sont des gênes abdominales semblables à celles de l’intolérance au gluten (ballonnements, crampes, constipations, ..).

Par contre, on ne retrouve pas chez ces malades de présence d’anticorps et donc pas de lésions de la paroi intestinale. La suppression du gluten de l’alimentation permet de se sentir mieux.