Allergie, hypersensibilité, Intolérance au gluten, on fait le point

Depuis quelques années vous entendez parler de plus en plus de l’intolérance au gluten et du régime sans gluten, ce phénomène a permis à de nombreuses personnes de découvrir la situation qui les touchait. Cependant, faites attention aux amalgames et aux idées reçues, une clarification s’impose .

L’intolérance au gluten

L’intolérance au gluten, désigne la maladie cœliaque. Elle peut se déclarer à n’importe quel moment de la vie. Il est très difficile de la diagnostiquer car les symptômes peuvent êtres nombreux et variés d’une personne à l’autre. La seule manière de pouvoir la diagnostiquer avec certitude et de pratiquer une biopsie des intestins. Cette intolérance se traduit par la détérioration de l’intestin grêle à cause du gluten, et peut entraîner de graves conséquences. La seule méthode pour empêcher ce phénomène est de supprimer complètement et définitivement  le gluten de son alimentation.

L’hypersensibilité au gluten

Aujourd’hui il est de plus en plus courant d’entendre, « je me sens souvent ballonné après les repas, c’est sûr je suis intolérant au gluten».

Si cette affirmation peut  être avérée, le plus souvent il s’agit d’une pathologie moins contraignante.

Les hypersensibles au gluten, sont des personnes qui présentent des symptômes similaires l’intolérance au gluten mais dont la biopsie est négative. les symptômes observés  sont généralement des problèmes digestifs accompagnés de ballonnements et parfois de fatigue. Les scientifiques parlent de «sensibilité au gluten non cœliaque»  ou «SGNC». A la différence de l’intolérance au gluten,  les personnes touchées par l’hypersensibilité au gluten ne doivent pas nécessairement supprimer totalement le gluten de leur alimentation. Parmi ces personnes le degré d’hypersensibilité est propre à chacune. Généralement, la diminution de la consommation en produit contenant du gluten, ou sa suppression pour quelques mois suffit pour constater une amélioration de leur état, voire la disparition de leurs symptômes.

L’allergie au blé

Peut-être avez-vous déjà entendu un proche dire, «  je me sens souvent ballonné après les repas, je pense que je suis allergique au gluten ».

Voici le parfait exemple d’un abus de langage.

L’allergie alimentaire au blé est provoquée par les protéines de blés. Cette pathologie est plutôt rare. En fait, elle touche essentiellement les petits enfants et disparaît quasiment toujours avant l’âge adulte. Comme pour toute allergie, le système immunitaire libère des anticorps igE (Immunoglobuline E) pour défendre l’organisme contre ce qu’il considère comme une menace. Il est facile de la diagnostiquer car la réaction allergique provoquée, se manifeste très peu de temps après avoir ingéré un produit contenant du blé. Parmi ces symptômes, on retrouve des troubles digestifs, respiratoires, ou encore de l’urticaire. L’allergie au blé  nécessite une suppression totale des produits contenant du blé ou ses dérivés.

En cas de biopsie négative ou d’absence de biopsie, vous pouvez supprimer temporairement le gluten de votre alimentation pendant un mois pour voir si votre votre état s’améliore. Chaque personne à un seuil de tolérance au gluten différent, à vous de trouver le votre.