Découvrez le témoignage de Caroline, qui a tenté l’expérience du sans gluten pendant 1 mois …

Remise en question des idées reçues

Aujourd’hui, le « sans gluten » est partout : dans les rayons des supermarchés, sur les étagères des librairies, sur internet et même dans l’assiette des amis qui ont été contraints d’abandonner les aliments contenant du gluten pour des raisons de santé.

Il y a deux ans, cet engouement soudain pour la question a titillé ma curiosité. Pourquoi tant de monde se passionnait tout à coup pour ce composant omniprésent dans nos habitudes alimentaires en Occident ?

Pourquoi avais-je l’impression que de plus en plus de personnes étaient touchées par l’intolérance ou l’allergie au gluten ?

J’ai parcouru de nombreux articles et quelques ouvrages vantant les mérites du régime sans gluten avant d’en arriver à la conclusion suivante : le souci est moins le gluten en lui-même que sa trop grande présence dans les habitudes alimentaires en Occident.

Pâtes, pain, plats préparés et produits transformés, le gluten règne en maître dans nos cuisines. D’autre part, pour des questions de rendement, la qualité moyenne du blé a considérablement baissé au cours du siècle dernier.

Par conséquent, ces deux paramètres font du blé un ennemi potentiel pour notre santé.

Ma transition vers le « sans gluten »

Il y a deux ans de cela, je n’imaginais pas que l’on puisse se passer de pain ou de pâtes. Après tout, on m’avait toujours appris que le blé se trouvait à la base de la pyramide alimentaire.

Pourtant, j’ai mis mes préjugés de côté et j’ai tenté l’expérience du « sans gluten » pendant un mois. Les produits sans gluten proposés par des marques spécialisées m’ont aidée dans cette transition.

Je mangeais toujours du pain et des pâtes mais, cette fois, préparés entre autres à base de farines de maïs ou de riz.

Abandonner le gluten m’a aussi permis de me tourner vers des aliments moins connus bien que très intéressants d’un point de vue nutritionnel (quinoa, millet, riz complet, légumineuses, etc).

Résultat, après un mois passé sans gluten, j’ai constaté une amélioration de ma digestion tout en ayant diversifié le contenu de mes placards.

Aujourd’hui, qu’est-ce qui a changé pour moi ?

Le mois de test a été pour moi une réussite, si bien que cela fait deux ans maintenant que je poursuis sur ma lancée. Une chose est sûre, mon alimentation est de bien meilleure qualité depuis que je consomme moins de produits dérivés du blé.

Toutefois, j’ai la chance de ne pas souffrir d’une intolérance pathologique au gluten. A ce titre, je peux me permettre de manger en dehors de chez moi sans trop me soucier de ce qui se cache dans mon assiette.

J’imagine que cela a rendu la transition bien plus facile.

Selon moi, manger sans gluten aujourd’hui est bien moins compliqué que ce que l’on croit. Il suffit de laisser de côté nos croyances à propos du blé et de se montrer curieux. Il y a tant d’aliments fantastiques à découvrir !