Graines oléagineuses
  • Les graines oléagineuses font partie des oléagineux.
  • Les plus connues sont la graine de pavot, la graine de courge, la graine de colza, la graine de tournesol, la graine se sésame et la graine de lin.
  • Consommées avec modération, les graines oléagineuses apportent notamment des acides gras insaturés indispensables à notre organisme.

Plus en détails

La graine de pavot est connue est utilisée depuis des millénaires, les traces archéologiques les plus anciennes remontent à 5000 ans avant J.-C. En Egypte Ancienne, elle était largement utilisée, en particulier par les prêtres pour se « connecter » aux Dieux et dans la Rome Impériale elle était utilisée pour ses vertus thérapeutiques mais aussi sous forme d’opium. Ce ne serait qu’au IIème siècle après J.-C qu’on aurait commencé à l’utiliser comme épice, dans le pain. Aujourd’hui, on la connait surtout à cause de l’opium et de l’héroïne qui en sont extraits. La graine de pavot est dénuée d’alcaloïde, c’est seulement lorsqu’on la cueille avant maturité qu’elle possède de puissants effets narcotiques, utilisés notamment en médecine pour fabriquer la morphine et la codéine.

La graine de courge est originaire d’Amériques du Latine, et fut découverte par les conquistadors lors de leur arrivée sur le Nouveau Monde. Elle était alors utilisée par les amérindiens pour soigner les troubles rénaux. Elle n’est véritablement arrivée en France qu’au XVIIème siècle, et par la suite on l’utilisa en Europe pour ses propriétés vermifuges. C’est au XXème siècle qu’on découvrit qu’elle aurait des effets bénéfiques sur les troubles de la prostate dus à l’âge et sur les infections urinaires.

La graine de sésame est une plante utilisée et cultivée depuis des millénaires, en Inde depuis plus de 7500 ans et en Chine depuis plus de 5000 ans. Sa domestication est si ancienne que toute trace de son ancêtre sauvage a disparu, si bien que son origine est incertaine. Cependant, elle serait vraisemblablement originaire d’Inde ou d’Afrique de l’Est. Par la suite on la retrouve chez les Babyloniens et les Assyriens, et plus tard sa culture s’étendra de l’Asie Mineure, au bassin méditerranéen, en passant par l’Afrique et le Moyen-Orient. Son succès s’explique par sa capacité à résister à la sécheresse et par la possibilité d’obtenir une huile très stable (possiblement la première huile comestible). En outre, depuis toujours elle est utilisée pour fabriquer une sorte de purée de la Chine jusqu’en Afrique

La graine de tournesol est originaire du Mexique, où il y a plus de 5000 ans, les Aztèques ont commencé à  cultiver le tournesol, qui représentait leur Dieu Soleil. En Amérique du Nord, les indiens en faisaient de la farine et l’utilisaient également pour se soigner. Le tournesol  arrivera en Europe bien plus tard, par l’intermédiaire des colons espagnols,  avec la découverte des Amériques. Cependant, ce  n’est qu’au XVIIIème siècle que l’on commença à  extraire de l’huile de ses graines. Cette propriété  lui valut d’être cultivé très largement en Russie puisque l’Eglise Orthodoxe interdisait la consommation de corps gras durant le carême, et qu’on ne le considérait pas comme tel.

Le lin est utilisé depuis «  la nuit des temps », notamment pour fabriquer du tissu grâce à la fibre qu’il contient. Il est cultivé depuis plus de 10 000 ans, si bien qu’on ne parvient pas à retrouver son ancêtre sauvage. Dans l’Egypte ancienne on l’utilisait largement pour sa fibre mais aussi pour les qualités nutritionnelles et les vertus médicinales de ces graines. Puis, à Rome, au 1 er siècle après J.-C, Pline l’Ancien  faisait entrer la graine de lin dans la préparation  de 30 remèdes. Bien plus tard, au début du XXème siècle, l’huile de lin était fabriquée artisanalement en Europe, avant que l’industrialisation de la production des huiles n’arrive dans les années 1920. Elle disparaîtra après la seconde guerre mondiale, considérée comme trop instable et trop peu rentable. Depuis une dizaine d’années, l’huile de lin signe son retour progressivement et la graine de lin commence à être consommée en tant que telle.

Côté cuisine

Vous pouvez incorporer ces graines oléagineuses à vos mueslis pour apporter du croquant à un savoureux petit déjeuner.

Vous pouvez également les ajouter à vos recettes traditionnelles :

  • Salées : dans vos salades, vos soupes, vos gratins, vos pains ou sur vos légumes.
  • Sucrées : en poudre ou entière dans vos yaourts, vos gâteaux, vos biscuits ou encore vos tartes.

Enfin, salées, elles seront les reines d’un apéro réussi.

Conseil : Pour bénéficier au maximum des acides gras essentiels contenus dans les graines oléagineuses, il faut éviter de les faire cuire à trop haute température, au maximum à 200°C (th6-7)